Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:54

 

 

Vous avez dit lourd? Dans ce cas jetez vous sur ce magnifique disque de Michel Portal, "Minneapolis", publié en 2001, le fruit d'une collaboration née des suites d'un voyage dans cette ville un an plus tôt pendant lequel il rencontrera les artistes qui participeront à l'écriture et à l'enregistrement de l'album. 10 jours de studio seront nécessaires pour que l'union créée entre l'Europe et les Etats-Unis se fasse. Une rythmique empruntée au "New Power Generation" de Prince pendant la première moitié des années 90, avec Michael Blanc à la batterie et au rap, et Sonny Thompson à la basse. Cela suffit à poser les bases de ce que tente désormais d'entreprendre le saxophoniste et clarinettiste français. Fini le temps des projets relativement insipides qu'il avait pris l'habitude de sortir avant cela, et place désormais à une toute nouvelle formation comprennant également le guitariste Vernon Reid (sur 3 titres), et le claviériste Tony Hymas.


http://www.lesmusicales.fr/dfgallery/images/big//19_3MichelPortal2.jpg


Aucun doute donc quant à la qualité des musiciens présents. Tout ce beau monde prend vraiment plaisir à jouer ensemble et cela se ressent immédiatement. Forcément, beaucoup de groove du début à la fin, avec une basse hyper présente et un Michel Portal au top de sa virtuosité. Lyrique et très créatif, il prend tour à tour ses chorus avec toute la fougue et l'énergie dont il est capable, justifiant ainsi l'indépendance de ton qu'il a décidée de soutenir pour ce projet. Plutôt critiqué lors de sa sortie par les quelques pontes un peu surannés du milieu, le public l'a quant à lui très bien reçu et n'aura pas manqué d'y voir au contraire un souffle d'énergie musicale inattendu et une vraie liberté d'expression singulière et passionnante. Une fois écouté le titre "The Dred Scott Marker" que j'ai choisi pour vous, vous comprendrez mieux ce que je veux dire, et je ne doute pas que vous saurez vous aussi apprécier le jeu du groupe.
14 morceaux et 72 minutes, avec en prime un très bel objet entre les mains assorti de photos prises par Guy Le Querrec lors des séances studio. La plupart des compositions sont de Michel Portal ou de l'ensemble des musiciens, preuve s'il en est que tous se comprennent et partagent autant qu'ils apprennent. "Matourmatourmatourmalet" est écrit par Tony Hymas, et l'on retrouve aussi un titre de Charles Mingus, "Good Bye Pork Pie Hat", comme un clin d'oeil au jazz plus "traditionnel" mais non moins grandiose, et tout aussi excentrique et non-conventionnel. A noter enfin que Michel Portal joue du bandoneon sur le dernier titre de l'album, "Cinco De La Tarde", à l'ambiance mâtinée de folklore sud-américain.
Hybride et impeccable resteront mes derniers mots concernant ce "Minneapolis" que vous pourrez écouter en entier sur Deezer en cliquant ici.

Acheter l'album

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61gewXFfr2L._SL500_AA300_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Jazz contemporain
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 11:50

http://www.ohsotrue.de/wp-content/uploads/2009/11/_thumbquartet_5013.jpg

 

Après vous avoir parlé du très bon "Rebirth" paru en 2009, disque plein d'énergie réalisé par Carl Craig, retour aujourd'hui sur ce groupe, cette fois-ci sur scène, pour que vous sachiez de quoi sont encore capables les 4 papys de Detroit. Du groove, de l'envie, une vraie cohésion d'ensemble, et la classe absolue pour ces souffleurs swingueurs, soutenus comme il se doit par une formation sur mesure. Ouvrez bien vos oreilles et profitez du spectacle..

 

Repost 0
Published by Audiocity - dans Vidéos
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:51

 

 

Je ne me souviens plus très bien comment j'en suis arrivé à tomber sur ce disque (sans doute en fouillant parmi les nombreux blogs spécialisés). Je me rappelle par contre très bien qu'il ne m'a fallu que quelques minutes pour me faire un avis sur la musique de ce canadien prénommé Graham Van Pelt, et qu'en moins de deux cet album s'est retrouvé dans mon panier virtuel, prêt à me rejoindre tandis que je m'impatientais de pouvoir enfin l'écouter dans sa totalité, autrement qu'à partir d'un lecteur mp3 passable, assis confortablement face à mes 2 enceintes, heureux de monter le son à souhait pour savourer ces superbes envolées vocales et harmoniques qui avaient su si rapidement me séduire.
Disons le clairement, en dépit de l'appellation du groupe, Miracle Fortress, ce "Five Roses" n'a en somme pas grand chose de miraculeux. Contrairement aux ambitions clairement affichées (et néanmoins ambitieuses), je ne me permettrai donc pas d'en écrire plus qu'il n'en faudrait pour tenter de vous persuader de la qualité de celui-ci. Je resterai donc le plus objectif possible et ferai en sorte de ne pas trop extrapoler mon propos, au risque de le voir tomber dans le pathos d'un style trop caricatural qui risquerait plus de nuire à l'objectivité de mon écoute qu'à mon envie de vous le faire partager en toute simplicité.
http://www.billions.com/photos/miraclefortresspress.jpgMême si Miracle Fortress se présente sur scène comme un groupe à part entière (Nathan Ward, Adam Waito, et Jessie Stein l'accompagnent), il s'agit d'abord et avant tout de l'oeuvre de Graham Van Pelt, jeune multi-instrumentistes canadien (du côté de Montréal), que certains connaissent déjà pour l'avoir entendu au sein de Think About Life fondé avec le batteur Matt Shane en 2005. L'envie pour lui d'expérimenter d'autres choses, de se surprendre en ne travaillant que sur ses propres productions, le pousseront à suivre un chemin parallèle mais finalement très éloigné de ce qu'il écrivait jusqu'ici. Le public visé n'est d'ailleurs plus du tout le même; on passe d'un électro/punk festif à une musique beaucoup plus personnelle et plus posée, sorte de pop moderne teintée de psychédélisme. Pour la petite histoire, il produisit d'abord un EP de 5 titres auto-diffusé, Watery Grave, qui l'emmena à collaborer rapidement avec le le label Secret City Records pour qui il enregistrera ce très bon "Five Roses" (remarquez ma sobriété), qui fut lancé en mai 2007 en Amérique du Nord, puis en septembre de la même année dans le reste du monde.
12 pistes, un peu moins de 45 minutes à écouter, et autant de plaisir à passer en sa présence, voilà bien les mots les plus simples pour en parler brièvement. Et comme pour en ressentir la quintessence même, rien ne prévaut plus que les explications de son auteur, je reprends ici les propos de Graham Van Pelt tenus lors de son passage obligatoire face à des journalistes pour en faire la promotion (apparemment pas assez pertinente compte tenu du peu d'intérêt de la presse d'alors).

«La plupart de ces chansons sont venues et se sont intégrées les unes aux autres naturellement. Il ne m'a suffi que de trois mois pour compléter le processus. J'enregistrais constamment en studio tout en complétant les compositions. C'est dans ce contexte que je suis le plus à mon aise. Je fais de la recherche de sons, je réécoute les essais et je constate au fur et à mesure ce qui se démarque».
«Je n'ai aucune difficulté à me considérer comme un ingénieur, poursuit ce musicien perfectionniste. Je l'assume sans détour. Sur cet album, j'ai travaillé avec un vieux modèle Casio. Tous les sons ont été fabriqués à partir de cet instrument. J'aime trouver le son précis que je veux en manipulant ou en transformant celui-ci et être ouvert aux imprévus. Il n'y a pas vraiment de limite dans cette opération».
«Je n'avais pas une idée précise au départ, résume-t-il. Je ne voulais pas recréer le son typique des Beach Boys ou des Beatles. Par contre, j'ai toujours été un admirateur de la pop des années 60 et 70 et j'en consomme beaucoup. Je voulais être fidèle aux méthodes qui se cultivaient en studio à l'époque. Je me suis beaucoup renseigné sur leurs techniques d'enregistrement tout en restant attentif à certains éléments plus modernes que je pouvais intégrer».
Il poursuit : «Je ne voulais pas écrire de manière trop réfléchie et trop cérébrale, ajoute Van Pelt à propos des paroles de ses chansons. Il fallait quelque chose de très spontané, des textes qui ne prennent pas trop d'importance sur la musique. C'était l'idéal pour s'attarder sur les petites choses de la vie, une perception naturelle de certaines facettes, quelque chose d'intuitif et de rafraîchissant qui libère en même temps».
Tout est dit. Ne vous reste plus qu'à vous faire un avis.

 

Acheter le disque

Myspace

http://ecx.images-amazon.com/images/I/514Ul%2Ba5SmL._SS500_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Pop-Rock
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 08:33

http://1.bp.blogspot.com/_76eD_0GSN5Y/TMK6GvBrf5I/AAAAAAAADcg/lpLiN8zWQnw/s1600/amon-tobin%5B1%5D.jpgVoilà bien un disque pour lequel j'ai du mal à me prononcer clairement quant à l'attrait qu'il me procure. Pas plus ému que cela, je continue pourtant de croire que je finirai par m'y habitué au point d'y consentir un intérêt artistique, mais ce n'est pas simple et il reste encore du chemin à faire.
Quand on s'intéresse à la musique, et notamment à la musique électronique, il est un passage obligé par le répertoire d'Amon Tobin, ce Dj d'origine brésilenne adepte des triturations de toutes sortes que beaucoup considère comme un maître absolu en matière de rythme et d'inventivité.
Sorti en 1997 chez Ninja Tune, Bricolage est son premier opus enregistré sous son patronyme. Comme son nom l'indique, il est bourré de samples multiples et très éclectiques, passant tour à tour d'une jungle à l'inspiration sud américaine à une sorte de drum n'bass jazzy assez sombre et très bien bossée. Bricolage est en quelque sorte la marque de fabrique du Dj, son appellation d'origine contrôlée rapidement reconnaissable mais pas forcément très accessible, l'oeuvre majeure de la naissance de ce tritouilleur des machines.  
Personnellement, je trouve qu'il s'agit plus d'un disque d'ambiance que d'un album que j'écouterai avec attention (je le fais d'ailleurs assez peu tourner). Les variations portent essentiellement sur le travail de la construction rythmique mais pêchent par leur manque d'attrait mélodique. Il faut dire que s'attaquer à un tel projet n'est pas chose aisée, tant pour l'effort de création originale qu'il nécessite que pour le temps passé à défricher les samples qui se marieront avec le reste de la structure. Si Shadow était incontestablement l'un des pionniers en la matière (Introducing ouvrait la voie), Tobin s'impose finalement comme son digne successeur mais ne me touche pas autant.
Le fait est que je dois être un peu réfractaire à tout ce qui est trop up-tempo. Pour bon nombre de morceaux de ce Bricolage, les rythmes typiques jungles sont trop présents et, comme toujours, ne prennent pas le temps de respirer, ce qui me pousse souvent à ne pas trop m'attarder sur le fond (ce n'est d'ailleurs pas un hasard si mon titre préféré est "Easy Muffin"). Cela écrase quasi automatiquement le reste du travail et nuit indéniablement à l'ensemble. Dommage mais malgré tout respectable, je regretterai surtout de ne pas en connaitre plus sur cet artiste. Aussi je lance un appel. Si quelqu'un d'entre vous connaissant bien son travail pouvait me conseiller l'un de ses disques, disons moins frénétique et plus posé, je suis preneur.

Acheter le disque

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41AT7--epFL._SS500_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Electro
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 08:48

 

 

http://www.sallelebournot.fr/local/cache-gd2/24c8045b5c25bcdfaf067372e97adc61.jpgNeil Cowley Trio, c'est d'abord une énergie communicative plus qu'une virtuosité jazzistique. Un jeu simpliste dans un formole de modernité intelligemment travaillé; c'est sans y paraître que l'auditeur se laisse glisser dans leur univers chatoyant, eclectique, et très rythmé. Comme feu E.S.T, ou plus récemment le groupe The Bad Plus, ce trio ne se revendique pas simplement du jazz mais plutôt d'un patchwork de sensibilités diverses puisées dans les inspirations respectives de leurs membres. Vous l'aurez compris, le conformisme ne leur sied guère et c'est tant mieux.
Formé de Richard Sadler à la contrebasse et de Evan Jenkins à la batterie, le groupe s'accorde avec humilité à se faire avant tout plaisir en musique plutôt que de se chercher des pères fondateurs qu'une portée historique aurait risqué de brider malgré eux. Il n'est donc pas surprenant à l'écoute de ce disque d'y retrouver un subtil mélange de pop avant-gardiste au schéma peu orthodoxe que l'on qualifiera sobrement de jazz/pop à la touche anglaise. De formation classique, Neil Cowley est une sorte de surdoué du piano capable d'interpréter des concertos fameux dès 10 ans (concerto de piano de Dmitri Chostakovitch joué au Queen Elizabeth Hall). Il lui tourne pourtant le dos rapidement (vers 14 ans) pour s'orienter vers un jeu funk/soul qu'il mettra à profit auprès de Brand New Heavies, Gabrielle, Adele, ou Zero 7, avant de former un premier groupe avec Ben Mynott baptisé Fragile State, en 2002. Une reconnaissance unanime saluant la modernité de son écriture teintée d'électronique se fera rapidement sentir tandis que les productions défilent (3 avec Fragile State). Neil Cowley est désormais scruté par les critiques qui devront néanmoins attendre 2007 pour que son premier album patronymique ne paraisse avec "Displaced".
Cette fois ses attentes ne sont plus les mêmes et l'envie de renouer avec l'essence de la musique prend le pas : «J’ai toujours joué du piano et je voulais vraiment en jouer, et non plus du clavier électrique. Le piano, c’est le plus beau clavier qui soit. Je ne voulais pas avoir à presser des boutons, je voulais jouer d’un instrument acoustique. Ça a commencé donc par le piano, et Richard voulait explorer la contrebasse – là encore un splendide instrument acoustique. Et puis on a ajouté la batterie et tout à coup on est devenu un jazz trio! Mais en fait, on voulait juste faire de la musique».
"Loud Louder Stop" en est le 2e jet et sort en 2008. Il s'écrit dans la continuité de ce qu'entreprend Neil depuis "Displaced" tout en affichant un visage plus authentique et moins emprunt de faux air d'E.S.T. Très musical, harmonieux, tour à tour sensuel ou rageur, tous les morceaux fonctionnent très bien et ne perturberont pas les moins au faîte de la musique jazz. Ce disque sera d'ailleurs apprécié par un très large public et devrait permettre à certains auditeurs d'y trouver des éléments consensuels de modernité (quand bien même vous ne connaitriez rien au jazz) se trouvant mêlés de mélodies accrocheuses et d'un groove certain (j'en veux pour preuve les morceaux que j'ai choisis de vous faire partager plus haut).  En espérant que cela vous plaise, veuillez croire à l'expression d'une musicalité sincère et distinguée. 

 

Acheter l'album

Officiel

Myspace

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61DJ9a5CbLL._SS500_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Jazz contemporain
commenter cet article