Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 08:39

http://www.ensemble-orchestral-paris.com/uploads/tx_inspectacle/050612_Ibrahim_Maalouf_625x315.jpg

Chaque nouveau disque du trompettiste est un événement que je ne voudrais rater pour rien au monde. Réjouis ou déçu, j'aime quoi qu'il en soit la couleur de son son, la délicatesse du souffle qu'il émet, la tranquillité de son jeu, la richesse harmonique de sa musique et le phrasé singulier que lui permet ce quart de ton supplémentaire à son instrument. Quatre ans après le magistral "Diasporas", deux ans après le surprenant et déstabilisant "Diachronism" pour lequel je n'avais pas vraiment accroché, Ibrahim Maalouf revient avec "Diagnostic", un disque qui marque la fin d'un triptyque égocentrique et thérapeutique relatant la vie de cet enfant du Liban parti très jeune rejoindre la France et sa banlieue parisienne pour échapper à la guerre. A 31 ans, Ibrahim Maalouf signe donc la fin d'un cycle avec un album qu'il juge comme étant "le plus abouti" des 3.  

« Pour moi, le préfixe grec Dia renvoie au temps, une notion essentielle dans mon travail et une contrainte que je m'impose. Il faut avoir la patience de créer. Mes albums sont le résultat de lentes constructions, qui ressemblent plutôt à des scénarios. Je voulais un point commun entre ces 3 disques, qu'ils s'inscrivent dans une continuité ».
http://4.bp.blogspot.com/-BTA4iEdRIlY/TpfyBLEgclI/AAAAAAAAAlg/XP5K-ngBABE/s470/Ibrahim+Maalouf+-+Diagnostic-front.jpg
Dans la lignée de ces 2 disques précédents, "Diagnostic" suit donc un cheminement artistique logique lorsque l'on s'intéresse au parcours du musicien, mais porte t-il en lui le réel intérêt dont lui-même semble nous assurer? Pas si sûr. Personnellement je ne suis pas du même avis. J'ai beau l'avoir déjà écouté de nombreuses fois avant d'écrire ces lignes, je reste réservé à son sujet. Ce qui m'ennuie le plus c'est que je n'arrive pas à être ému par la couleur ni par la production de l'ensemble, et ce malgré mon acharnement répété à tenter de le prendre sans aucune pensée ou considération artistique préalable, mais directement dans son jus, comme si j'avais pu sortir de mon crâne que Ibrahim Maalouf m'avait offert l'un de mes plus beaux disques de 2007. A l'instar de "Diachronism", les références sont très (trop) nombreuses, très (trop) présentes, ce qui a plutôt tendance à me perturber le sens. Cet album me fait penser à un disque de boulimique sur lequel il n'y aurait pas eu assez de place pour y mettre tout ce qu'il réclamait. Comme si ce ventre était impossible à rassasier et qu'il eu fallut constamment le remplir. Dans ces conditions, dur de fixer son attention lorsque, par exemple, "Maeva In The Wonderland" passe d'une "valse" moyen-orientale à la basse électro, à un riddim sud-américain, puis revient sur le thème original, avant de finir dans un amas de guitares et de cuivres à la sonorité plus proche du rock que du jazz auquel il m'avait habitué (surtout si l'on y ajoute l'introduction d'1 minute 20 qui débute sur un air péruvien guitare-flûte avant de laisser la place à une mélodie de piano et à des arrangements de cordes). Non pas qu'il me faille à tout prix pouvoir situer le sens ou le cheminement de cet accomplissement sonore, mais ce trop plein d'informations est du coup très "fatiguant" pour moi, et à la longue assez "indigeste" (il pèse trop lourd). Et l'exemple serait valable sur bon nombre de morceaux. D'ailleurs, si tout l'album est construit sur le schéma du binôme - chaque titre comportant une ouverture plus ou moins longue qui précède les compositions que Ibrahim Maalouf dédie à des membres de sa proche famille - la fusion des styles et l'incorporation d'éléments antinomiques est également l'axe fondamental du disque. Pas toujours facile de s'y retrouver dans toute cette salve de genres.  
Il y a de l'Asie ("All Beautiful Things"), du Moyen-Orient (le jeu typique de la trompette et les thèmes choisis), des balkans ("Will Soon Be A Woman" qu'on pourrait croire sortir tout droit d'un film d'Emir Kusturica), de l'Amérique du Sud, du blues ("Never Serious" et son solo désaccordé à la maîtrise indiscutable), de la musique classique (la très belle ouverture de Ibrahim Maalouf au piano sur "Lily"), du hip hop ("Douce" feat Oxmo Puccino, le titre le plus feutré de l'album), du rock (la fin du titre "Beirut"), et une reprise de Michael Jackson ("We'll Always Care About You"), bref, un socle luxuriant très orchestré qui penche par moments vers un joyeux "foutoir" chatoyant plus ou moins audible selon la quantité d'instruments ou de voix à mixer. Reste que le principal subsiste puisque les chorus de trompette sont enivrants et touchent presque toujours juste.   
Vous l'aurez compris, mon principal regret est que je ne retrouve ni la constance graphique ni la magie atmosphérique qu'exerçait "Diasporas" sur mon intellect. Comme cela peut être souvent le cas lors d'un premier jet, celui-ci reste selon moi sa plus belle oeuvre et gagne aisément la bataille de ces 3 entités. Mon pronostic: "Diagnostic" serait distancé de quelques longueurs pour y figurer en deuxième position. A vous de voir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Nouveautés
commenter cet article

commentaires