Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 08:30
http://tralfaz-archives.com/coverart/W/washington_wine_inner.jpg

Premier album solo du saxophoniste américain Grover Washington Jr (1943-1999), "Inner City Blues" qui, loin d'être un grand disque de jazz, s'inscrit parfaitement dans le courant "smooth jazz" initié au début des années 1970 et peut tout à fait revendiquer son statut de précurseur en la matière. Ce terme un peu fourre-tout est souvent employé pour désigner une musique à l'instrumentation très proche du jazz puisant son terroir dans des styles très variés, et ne reflète pas précisément un genre bien défini. C'est d'abord un choix artistique propice à rassembler un large public venant pour la plupart d'autres musiques très en vogue comme la soul, le funk ou le rock. Le smooth jazz s'en inspirant très largement, il n'est donc pas rare de retrouver des albums entiers essentiellement consacrés à la reprise de titres reconnus et appréciés par tous. Malheureusement, et sans manquer de discernement objectif, force est de constater que tout ceci donna souvent lieu à une écriture consensuelle, peu déroutante, et sans la moindre originalité. Des mélodies omniprésentes, des thèmes très (trop) propres d'une platitude sans nom, des chorus toujours faciles sans la moindre dissonance thématique ou recherche harmonique, un grand renfort d'orchestrations sirupeuses où les violons ont la part belle, tout est fait pour ne pas heurter l'auditeur et permettre au plus grand nombre de s'y intéresser. En tant qu'amateur de jazz, je dois reconnaitre que ce n'est vraiment pas ma tasse de thé; la-dessus je rejoins tout à fait les détracteurs de ce courant uniforme qui lui reprochent son manque d'improvisation, de swing (rythmique ternaire qui fait défaut au smooth jazz, résolument binaire), ainsi que son côté particulièrement formaté. C'est de la variété, ni plus ni moins. Le genre de musique insipide et froide où règne une beauté artificielle fardée de clinquantes joailleries chips et pas chères. Plus proche des strass et paillettes que de l'orfèvrerie de maître, ce disque est le parfait exemple de cet état de fait, ou si vous préférez de la marche à ne surtout pas suivre au risque de perdre toute crédibilité.

 
L'album entame sa lente ascension par la reprise d'un morceau de Marvin Gaye, "Inner City Blues". Autant vous le dire tout de suite, c'est pour moi le plus réussi de l'album et de loin le plus attrayant. Aucune originalité succincte bien sûr, mais malgré tout une énergie assez communicative et un son gentiment funky bien emmené. Reste cette sonorité de saxophone perturbante (ce son clair et froid).

Grover Washington Jr retranscrit à peu de choses près les lignes rythmiques un peu faciles de Macéo Parker (le groove en moins), sans jamais vraiment chercher à différencier son jeu ou ses placements de ce qui a déjà été entrepris ou fait avant lui. Tout est carré, soigné, dans le temps, si bien que l'ensemble manque franchement de sincérité et de coeur. Le reste de l'album est encore pire, comme avec les très mauvaises reprises "Georgia On My Mind", "Mercy Mercy Me", "Ain't No Sunshine" ou "Until It's Time For You To Go". Les morceaux trainent et s'enlisent progressivement dans les profondeurs de l'ennui et du rasant, jusqu'à l'oubli. Il aura d'ailleurs fallu que je décide de créer ce blog pour finir par le ressortir afin d'en faire la chronique, sans cela je ne l'aurai certainement pas réécouter et il serait rester encore longtemps à prendre la poussière. Certains trouveront du lyrisme et de la sensibilité à tout cela et bien leur en prenne. J'y perçois pour ma part un torrent de guimauve prémâché à la texture bien fade, sorte de soupe à l'eau, mais tout cela n'est qu'affaire de goûts et de couleurs.




Le plus triste c'est qu'il y en avait du beau monde pour réaliser ce disque (raison pour laquelle j'ai fini par me décider à l'acheter), de même que l'année de sa réalisation, 1971, semblait présager de bons augures à son sujet. Enfin, sur le papier, tout semblait annonciateur de réussite programmée : Ron Carter à la basse, Idris Muhammad à la batterie, Airto Moreira aux percussions, Eric Gale à la guitare, Bob James aux claviers, mais malgré tous leurs efforts, aucun ne parvient à faire oublier cette texture sirupeuse omniprésente dont le principal représentant reste son leader saxophoniste et future star du "smooth jazz", Grover Washington Jr. Je me suis bêtement laissé berner par cette pochette sympathique et ce line-up alléchant. Qu'à cela ne tienne, on ne m'y reprendra plus. Désormais je passerai mon chemin dès lors que je croiserai son regard. J'arrête maintenant de m'étendre sur le sujet qui ne mérite finalement que peu d'attention, toutefois je reste ouvert à vos objections ou à vos remarques quant à certaines de ses productions que je pourrai avoir ignorées et qui vaudraient le coup de s'y intéresser plus en détail (peut être aurai-je omis un sursaut de créativité de sa part). Pour le reste, vous trouverez de quoi répondre à mes arguments en écoutant les morceaux que je laisse à votre disposition (en espérant que cela vous plaise). La preuve de mon insatisfaction par l'exemple, comme avec "Mercy Mercy Me" que je vous propose ci-dessus de comparer à sa version originale. Je n'ai pas trouvé mieux pour vous convaincre de mes propos, la musique parlant d'elle même. A vos mouchoirs.


Amazon

iTunes

http://ecx.images-amazon.com/images/I/519W9U4nY3L._SS500_.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Jazz Fusion
commenter cet article

commentaires

Henry 09/12/2013 22:21

vous avez l'air de parler de choses qui vous échappent complètement.....qui êtes vous donc ? et qu'avez-vous donc fait de supérieur qui peut vous autoriser à juger de la sorte..
Soyez plus humble et apprenez à reconnaître le bon grain de l'ivraie -musicalement,j'entends -
Sans rancune, J.Henry

audiocity 10/12/2013 20:11

Aucun problème...

Sans doute n'était-ce effectivement pas très utile de ma part de parler de ce disque, puisque comme vous l'avez compris je n'ai rien à en dire de bon, ou si peu. En fait je crois que le smooth jazz m'emmerde, tout simplement, et peu importe le musicien, ou encore ce que les critiques (en général) peuvent en dire.. Le bon grain de l'ivraie ? Ah bon.. J'ai dû louper quelque chose, mais après tout chacun son truc...

Qui je suis ? Un internaute réfractaire au consensus qui dit ce qu'il pense, sans pour autant empêcher quiconque de considérer, écouter ou encore acheter les disques des artistes dont je parle.. Et puis si vous avez fait un tour sur le blog, vous ne devriez pas être surpris par mes propos, ou au moins avoir une idée de ce que je considère comme "bon", voire "très bon"..Mais rassurez-vous, je ne m'en occupe plus vraiment, ou si peu...

V.Romain