Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 14:29

http://musicadelbarrio.files.wordpress.com/2011/10/miles-davis-quintet-live-in-europe-1967-in-antwerpen.jpg

Premier album studio du 2e quintet de Monsieur Miles Davis, enregistré en janvier 1965, E.S.P en est aussi la nouvelle vitrine commerciale et préfigure de ce que sera dorénavant le son du groupe pour les presque 4 années à venir. Le creux de la vague post 60's qui succèda au succès de Kind Of Blue, au départ de Trane, ou à l'arrivée de la "Free Thing" à laquelle Miles ne croit pas (le free jazz de Ornette Coleman, Archie Shepp ou Cecil Taylor) semble avoir été dépassé. Depuis l'annonce de l'incorporation tant attendue de Wayne Shorter parmi les siens, libéré de ses responsabilités chez Art Blakey quelques mois plus tôt, Miles revit.

 «  Wayne s'était déjà fait connaître comme musicien "free", mais en jouant plusieurs années chez Art Blakey, en devenant le directeur musical de la formation, il était quelque peu revenu en arrière. Il souhaitait jouer plus "free" qu'il ne le faisait chez Art, mais ne voulait pas exagérer. Wayne était toujours du genre à faire des expériences sur la forme plutôt que sans elle. C'est pourquoi je le pensais parfait pour l'orientation que je voulais donner à ma musique ».

Son 2e "grand quintet", composé de Ron Carter à la contrebasse, Wayne Shorter au saxophone ténor et soprano, Anthony Williams à la batterie, et Herbie Hancock au piano, va tout bousculer. Lorsqu'il écoute ses jeunes lions s'exprimer sur scène ou en studio, il comprend qu'il tient là une formation unique avec laquelle il va pouvoir faire de grandes choses, à commencer par accepter de recevoir les morceaux sur mesure qu'ont écrit Wayne, Ron, ou Herbie, pour lui (comme en atteste ce premier jet dont 6 des 7 titres ne sont pas de lui).

http://4.bp.blogspot.com/-7j8norXKxXE/TqSTrXafk_I/AAAAAAAAOuc/VUD2RAK76Ek/s1600/Miles+Davis.jpg

« Je n'avais pas à écrire pour ce groupe. Je me contentais d'arranger la musique qu'ils avaient écrite; je mettais la dernière touche à tout. Wayne écrivait quelque chose, me le portait et repartait. Il disait rien. Juste: Voilà monsieur Davis, j'ai écrit de nouveaux thèmes. Je regardais, et c'était formidable. Souvent, en tournée, on frappait à la porte de ma chambre d'hôtel, et un de ces jeunes enfoirés était planté là, toute une pile de nouveaux thèmes à la main, que je devais regarder. Il me les tendait et filait, comme s'il avait peur. Mais de quoi ont-ils donc la trouille, je me disais, bons comme ils sont ».

Plus besoin maintenant de se réapproprier des standards du répertoire en plus de quelques inédits propres à satisfaire la Columbia ou à assurer sa promotion, et bien que la simple évocation de son nom suffise à déchaîner les passions et vendre des billets par milliers auprès d'un public venu écouter les tubes de "Kind Of Blue", "Milestones", ou "Someday My Prince Will Come", l'après Trane est une période où Miles s'ennuie. La drogue, encore et toujours, et des ennuis de santé à répétition. Mais il a la peau dure et n'est pas du genre à s'apitoyer sur son sort. Le passé est oublié, seul compte désormais le futur et, en 1965, malgré le "désintérêt" partiel des critiques, le présent s'annonce déjà florissant. Terminé aussi le respect strict des schémas harmoniques. Les modes sont triturés jusqu'à leur coeur. La partition existe toujours bel et bien, mais la musique doit avant tout être ressentie puis libérée par l'improvisation, ce qui doit donner lieu à une progression structurée d'accords puisant son ouverture vers la mélodique que Miles décrit comme télépathique. Les concerts se suivent mais ne se ressemblent pas. Les thèmes s'allongent et gagnent en amplitude, le jeu du quintet se renouvelle sans cesse. Une nouvelle page de l'histoire du jazz.
« J'adorais ce groupe. On pouvait garder un thème pendant 1 an: si vous l'aviez entendu au début, vous ne le reconnaissiez pas en fin d'année. Avec Tony, qui est un petit génie, il me fallait réagir à ce qu'il faisait. Mais c'était valable pour tout l'orchestre, si bien que notre façon de jouer changeait chaque soir ».
http://ecx.images-amazon.com/images/I/515TNSIwpIL._SL500_AA280_.jpg

Les morceaux d'Extra Sensoriel Perception (ESP) signent donc le grand retour de Miles Davis sur la scène internationale (l'avait-il seulement quittée?). Les oeuvres enregistrées sont d'une veine de sang neuf et de l'énergie symbiotique retrouvée. Le groupe joue un jazz moderne et prémonitoire, instinctif et très ouvert, libre mais également très écrit. Il emploie notamment une nouvelle approche du rythme grâce au jeu de batterie de Tony Williams ou aux différents échanges entre musiciens (les chorus débordent fréquemment faisant sans cesse varier les structures originales). "Iris" écrit par Shorter irradie notre âme de sa beauté pure, "Agitation" écrit par Miles est un merveilleux jazz modal que le quintet jouera presque systématiquement en ouverture de concert, "Little One" est une somptueuse ballade de Hancock au tempo très lent permettant des solos "à la dérobée" (le style rubato), pour une immersion totale et intense de chaque solo. "Mood", qui clôture le disque, est un thème écrit par Carter. Encore du modal de toute beauté, et sans doute l'un des morceaux les plus calmes qu'ait jamais joué Tony Williams à la batterie. Une intensité minimaliste à vous filer des frissons. Et puis forcément, le son de trompette de Miles lorsqu'il la munit de la sourdine Hamon....

« Si j'étais l'inspiration, la sagesse et le lien de cet orchestre, Tony en était le feu, l'étincelle créatrice; Wayne était l'homme des idées, le concepteur de nos idées; Ron et Herbie en étaient les ancrages. Je n'étais que le leadeur qui nous avait rassemblés. Ils étaient jeunes mais, même si je leur apprenais des choses, ils m'en apprenaient aussi, sur la "new thing", sur le "free". Car pour être et demeurer un grand musicien, il faut rester ouvert à la nouveauté, à ce qui se fait au moment présent. Il faut l'absorber pour continuer à croître et à communiquer sa musique. Et quelle que soit l'expression artistique, créativité et génies ignorent l'âge; on les a ou on ne les a pas, mais ce n'est pas l'âge qui les apportera. Je comprenais que nous devions faire quelque chose de différent. Je savais que je jouais avec de grands et jeunes musiciens qui avaiten un autre rythme au bout des doigts ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Jazz
commenter cet article

commentaires

snoring solutions 07/01/2014 07:23

Sixties were challenging times for many artists. Despite being talented, their income was low and due to the lack of proper media, they were not that much recognized. However, some were well known all over. Mr. Miles Davis was one among them.

http://generatemoneyonlineeasy.blogspot.in/ 07/01/2014 05:39

thanks