Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 08:54
http://www.sourdoreille.net/beta/wp-content/uploads/2009/11/alexis-hk-011.jpg

 

Qu'ils sont rares les chanteurs français à attirer mon attention. Pas très enthousiaste à l'idée d'écouter des artistes bien de chez nous et, je dois le reconnaitre, plutôt piètre connaisseur en matière de chansons hexagonales dont j'ai perdu l'attrait après avoir compris très jeune qu'il y aurait peu de choses à en tirer, j'ai toujours considéré notre patrimoine musical national avec beaucoup de détachement et de distance et suis devenu avec le temps de plus en plus intransigeant quant à la qualité  de la plupart de nos productions. Je ne parle pas là de nos bons vieux yéyés ou de nos tristement célèbres associés de la restauration associative passés maître dans l'art de la promotion charitable. Ceux-là sont à mon sens définitivement perdus et n'apporteront rien de plus que la recette surannée dont ils nous affligent depuis déjà bien trop longtemps. Leurs preuves ne sont plus à faire, et depuis l'avènement par diffusion à grande échelle de la musique anglophone via nos systèmes de communications hyper sophistiqués (internet en tête), la situation de ces "artistes" est presque célée, beaucoup d'entre eux ne devant leur salut qu'aux quelques résistants toujours vivants qui continuent d'acheter leurs disques malgré des recettes inchangées et une musique stagnante sans la moindre évolution artistique.


Aujourd'hui, si je m'en tiens à ce qui semble plaire au public français, j'entends dire que les BB Brunes seraient les nouveaux Noirs Désir (article de Rock & Folk du mois d'août qui confirme ce que j'ai toujours pensé de son rédacteur en chef, à savoir pas grand chose), que nos auteurs à textes se prénomeraient Vincent Delerme ou Bénabar (mais quelle fougue et quelle verve!), que nos chanteurs engagés seraient muselés et n'auraient pas droit de citer ou de revendiquer publiquement leur désaccord sociétal depuis l'arrivée de la droite au pouvoir dans notre pays (Damien Saez et Cali sont des rebelles?), et qu'enfin la reconnaissance internationale n'interviendrait que si les codes en vigueur étaient utilisés à bon escient (paradigmes éprouvés dont on connait la rentabilité), pour ne pas risquer de perturber notre jugement formaté d'acheteur potentiel et qui voudrait que l'on soit hermétique au changement ou à la nouveauté (Phoenix ou Davis Guetta ont bien compris comment faire).
Ce système éprouvé et vendeur n'est bien sûr plus à démontrer. Les maisons de disques et les financiers ont parfaitement su y faire pour nous vendre du "rêve" en usant de procédés grossiers et vulgaires soigneusement proposés sous l'appellation "consommation de masse", autrement dit aucune crainte pour que vous soyez déçus (un peu comme un label d'authenticité libellé d'un pictogramme genre NF, ou "Norme Française", le même que l'on retrouve sur les emballages alimentaires de nos rayons de supermarchés). Alors, quand je trouve parmi tout cet amas de viande avariée quelque chose qui semble se démarquer du lot, qui sente autrement meilleur que ce que je renifle habituellement lorsque je fais mes courses, je prends le temps de m'y arrêter pour le sentir d'un peu plus près, et j'écoute avec attention ce qu'il a à me dire en espérant (sans trop y croire) une révélation inattendue.




C'est ainsi que j'ai fait la connaissance d'Alexis HK au détour d'une station de radio, puis par l'intermédiaire de mon paternel qui m'en apprit un peu plus sur cet artiste français en me faisant écouter son dernier album en date, "Les Affranchis". Je dois dire que la surprise fut bonne, et même plutôt agréable. Sans pour autant revoir mon jugement quant à la qualité de nos productions nationales, je dois reconnaitre que cela faisait longtemps que je n'avais pas prêté l'oreille à la chanson française et que ce disque m'a quelque peu réconcilié avec ce genre. Nos vrais artistes étant peu nombreux, il était donc normal que je prenne le temps de vous en toucher quelques mots et que je vous fasse part de mon avis sur la question concernant cet album.


Autant vous le dire tout de suite, "Les Affranchis" n'est pas non plus "La grande révélation du siècle" ni même un chef-d'oeuvre d'écriture ou de réalisation rythmique et mélodique. C'est un bon disque, simple, attachant, qui a le mérite de l'authenticité de son auteur. Tantôt nostalgique, drôle, ou à l'inverse parfois un peu convenu mais jamais déplaisant, il garde un charme très personnel du début à la fin et révèle une écriture soignée sur des compositions essentiellement acoustiques et un rien fluettes en apparence. Des références cinématographiques, quelques souvenirs d'enfance, des histoires tendres ou dures, ne cherchez pas une trame permettant de définir clairement le style dans lequel il s'inscrit, car comme le laisse supposer le titre de ce 5e opus, il n'y en a pas. Affranchi des conditions commerciales et libéré du poids de la réussite obligatoire, on passe d'un folk à la couleur reggae et au flow simpliste proche d'un slam ("Les Affranchis" et son refrain entêtant, écrit en hommage au cinéma de gangster mafieux hollywoodien), à une satire Elyséenne moderne ("Chicken Manager") écrite comme une fable sur fond de guitares rocksteady et de cuivres lancinants galvanisés par un ragga franchouillard (à noter que la morale est aussi peu glorieuse que l'étaient celles de La Fontaine). Ambiance foraine (ou plutôt minière) sur le très bon titre "La Maison Des Ronchonchons" qui relate par l'humour le quotidien d'une famille de prolétaires à l'humeur naturellement chafouine. "Zouzou", un jazz doux et feutré, est une chanson dédiée à sa fille. C'est surement le morceau le plus chanté de l'album. Les mots et la musique sont simples et ne demandaient pas plus pour exprimer son amour paternel le temps de 3 minutes. Je suis également assez fan de "La Paix Des Etoiles" et de "Là, C'est Moi", deux morceaux traitant de l'enfance et de l'adolescence. Toujours aussi simplistes par le texte et la musique, mais très bien vus et subtilement maniés. Seul bémol finalement pour le titre écrit avec Renan Luce, "Thanks For The Add". C'est du Renan Luce, ni plus ni moins. J'ai l'impression d'un copier-coller de morceau déjà présents sur son propre album. Moins emballé également avec le dernier titre du disque, "Pardon Vieux Camarade". L'accordéon de Liz Cherhal (la femme d'Alexis HK dont je ne connais rien de son répertoire) sonne comme celui de Yann Tiersen pour la B.O d'Amélie Poulain. D'accord pour le texte de gaillard aux phrases crues, mais moins persuadé par la musique peu originale. Quoi qu'il en soit, dans l'ensemble c'est un bon album que je prends plaisir à écouter même après de nombreux passages, signe  qui ne trompe pas de l'intérêt que je lui porte (et à mon plus grand étonnement compte tenu de mon pessimisme radical). J'espère que tout comme moi vous apprécierez le travail de cet artiste et que je vous aurai donné envie d'acheter son disque. N'hésitez pas à suivre ce lien, ici, qui vous permettra d'écouter l'album dans son intégralité avant de vous décider à lâcher quelques euros.


Amazon

iTunes

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41ayqYlS7iL._SL500_AA300_.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Français
commenter cet article

commentaires

Mathieu 26/07/2014 23:55

Bonjour,
Je crois qu'il y a deux chansons françaises, celle dont tu parles au début, bien ennuyeuse, et une autre, plus discrète, on dirait "underground". Voici par exemple deux artistes que je suis avec plaisir : Philippe Crab et Sarah Olivier. Comme j'apprécie souvent les artistes que tu proposes, j'ose espérer que tu apprécieras celles-ci.

turbo210 19/11/2010 09:09


Bonjour je découvre votre blog,il est vraiment super bravo, j'aime beaucoup,moi aussi j'aime beaucoup la musique.En plus j'ai une grande collection de toute sorte de wynil du 45 au 33 tour.Heureuse
d'être venue voir votre votre blog.Je vous souhaite une bonne journée.Bisous et mon +5


Audiocity 19/11/2010 19:04



@turbo: Content que mon blog te plaise. Je le fourni tous les 2 jours, aussi n'hésite pas à venir y faire un tour de temps en temps.