Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 10:21

 

Oubliez l'appellation de "world music" et préférez le terme de musique monde, un nom qui sied mieux au registre lexical de cette formation, à l'origine complémentaire de par l'association de deux instruments cousins que le temps et l'histoire ont façonnés à l'image de la culture de chacun d'eux, le balafon d'un côté et le vibraphone de l'autre, le premier étant de nature à transmettre les traditions dans le plus simple appareil, d'une qualité naturelle tirée de la nature elle-même, un bois chaud qui résonne comme les marques du temps sans rajout de substance extra terrestre, le second ayant pris forme en occident bien après, et de manière bien différente, métallique et brillant, se parant d'apparats sonores et d'effets modulatoires complexifiant la résonnance et le rendu brut de l'instrument, allant parfois jusqu'à distordre totalement sa couleur et son timbre selon la disposition que le musicien souhaite en faire. Ce sont des frères éloignés par les traditions, mais néanmoins des frères, que cet album regroupe l'espace d'un instant sous le registre de la fraternité naturelle; une retrouvaille du coeur chantée par la poésie de la musique, entre continents et peuplades, par tous les axes du globe humain, simplement pour dire comme il est beau de se sentir vivre ensemble.


Lansiné Kouyaté : balafon
David Neerman : viraphone acoustique et électrique
Ira Coleman : basse
Laurent Robin : batterie

 

Amazon

iTunes

Myspace

 

Repost 0
Published by Audiocity - dans Afrique
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 17:25

http://www.washtenawvoice.com/wp-content/uploads/2012/04/cheikh_lo-660x439.jpg

 

Un petit tour au Sénégal en compagnie de Cheikh Lô, ce Baye Fall charismatique que beaucoup de gens en France ont tendance à assimiler, à tort, au mouvement rasta. Membre de la confrérie Mouride (un mélange "folklorique" de la religion musulmane et des différentes croyances animistes encore en cours dans le pays), ce chanteur et musicien talentueux et autodidacte en quête constante de fusion des genres a un parcours artistique relativement atypique par rapport à d'autres célébrités locales A la différence de beaucoup d'entre elles, jamais il n'a "limité" le son de ses productions aux sonorités essentiellement m'balax, ces rythmes syncopés joués aux sabars que l'on retrouve partout en Afrique de l'Ouest depuis plus de 20 ans et qui font danser les foules. Et si beaucoup de ses textes sont écrits en wolof, la langue courante sénégalaise, ses albums restent incomparables en bien des points de la majorité des disques venant d'Afrique, à commencer par leurs inspirations aussi bien sud-américaine qu'européenne ou l'utilisation d'instruments venus des quatre coins du monde.


Il s'en est écoulé du temps depuis "Ne La Tiass" produit en 1996 par Youssou N'Dour. Presque 10 ans ont passé, "Bambay Gueej" a suivi en 1999 avec déjà des tonalités sud-américaines, mais jamais il n'a précipité les choses ni accéléré la cadence de ses sorties officielles, préférant de loin travailler selon ses désirs d'évolution, au point de voir sa musique se métisser à chaque fois un peu plus, jusqu'à ce "Lamp Fall", autre petite pépite colorée qu'il serait dommage de louper et 3e d'une série qui en compte aujourd'hui 4.



On y retrouve des notes de samba, de reggae, de musique cubaine, de blues, de flamenco, et puisque l'homme est pieux s'y ajoutent des prières dirigées vers Cheikh Ibra Fall (le fondateur de la caste des Baye Fall, présent dans nombre de cérémonies ou de représentations picturales au Sénégal, et forcément loué par Cheikh Lô), l'évocation de sa foi et des batailles à mener en Afrique pour l'éducation, la paix, ou la santé des africains (la morale reste très présente dans beaucoup de ses textes), et bien sûr de l'amour (pour la belle Mademoiselle Marthe N'Galula), tout cela entremêlé de vibrations fraternelles et chaleureuses ressenties dès les premières notes de "Sou", et jusqu'à "Zirkoulah" en piste 13, l'ensemble des morceaux étant orchestré de main de maître par un florilège de musiciens qui ont enregistré à Londres, Dakar, ou Bahia. Comme de coutume je vous fais part de mes préférences en 5 titres, et si l'envie vous venait d'acheter l'album ou de vous renseigner plus en détail, les liens habituels.
Repost 0
Published by Audiocity - dans Afrique
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 11:30

http://2.bp.blogspot.com/_uxE5Yg8kNMU/S50eziyMgJI/AAAAAAAALcA/WHd6woU-ojA/s400/4015698507126%5B1%5D.jpg

Descendant naturel d'une grande famille de griots maliens, Mamadou Diabate joue de la kora depuis son plus jeune âge en compagnie de son père, le célèbre Djelimory (N'fa) Diabate, qu'il rejoint à Bamako dès l'âge de 4 ans. Parcours "classique": initiation auprès de l'Ensemble Instrumental du Mali, puis premières armes lors des mariages et des baptêmes. A 15 ans, il est déjà une star à Kita et dans la région de Kayes, mais c'est lorsque son cousin Toumani l'encourage à le suivre pour une tournée dans tout le pays que Mamadou gagne définitivement son statut de grand musicien auprès de la population et des riches notables le priant de jouer pour eux le temps de quelques louanges convenues. En 1996, alors âgé de 21 ans, il part avec l'Ensemble du Mali aux Etats-Unis où il finira par s'installer. New York devient désormais son terrain de jeu. Le jeune homme continue de s'émanciper auprès de la diaspora dans toutes sortes de cérémonies culturelles ou d'institutions, faisant découvrir au monde son art et l'histoire qui l'a vu naître. Comme souvent avec la musique de l'Afrique de l'ouest, le respect des mélodies et le soucis du jeu dans la tradition reste un impondérable de la vie d'un griot. La musique de Mamadou ne déroge donc pas à la règle. Même si au gré de ses rencontres il lui arrive de jouer du blues (avec Eric Bibb ou Guy Davis), ou du jazz (en compagnie de Donald Byrd ou de Randy Weston), c'est avec ses albums de musique classique et traditionnelle que je l'apprécie le plus. Behmanha est de ceux-là. Joué solo, il est une oeuvre authentique pleine de lyrisme et de tact que je vous conseille vivement d'écouter.


Amazon

iTunes

Officiel

Repost 0
Published by Audiocity - dans Afrique
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 19:58

http://www.kassoumay.com/musique-senegal/images/youssou-ndour-3.jpg

Tous les albums du célèbre groupe sénégalais nommé "Etoile de Dakar" sont de vraies pépites musicales. Avant de devenir une institution à lui tout seul, Youssou N'Dour y a fait ses premières armes, au grand dam de son père qui aurait préféré le voir suivre ses études plutôt que de rejoindre la tradition griotte léguée par sa mère. Après une escapade au sein du tout aussi respecté Super Diamono, "You" rejoint à la fin des années 70 quelques uns des meilleurs chanteurs et musiciens du pays et décide de former avec eux ce qui deviendra vite l'une des toutes meilleures formations du Sénégal. Les 4 volumes existants sont tous excellents et préfigurent à eux seuls ce que sera dorénavant le Mbalax. Malgré quelques retouches des différents masters, il est impossible de trouver de "bons" enregistrements de l'époque. Le son reste très "médiocre" mais préserve aussi toute l'authenticité de l'oeuvre.

http://cdn2.greatsong.net/album/extra/etoile-de-dakar-volume-4-khaley-etoile-103420455.jpg

On s'y fait ou non, on aime ou pas cette impression "d'amateurisme", mais qu'on ne s'y trompe pas, car c'est bien de virtuosité dont il est question ici. Le guitariste soliste Badou N'Diaye est magistral, tout comme les chanteurs Mar Seck, El Haji Faye, et Eric M'Backe N'Doye. Et que dire du meilleur joueur de tama du Sénégal, Assane Thiam, qui a lui seul donnera le tempo et les attaques rythmiques de toutes les futures danses reprises un peu partout à travers le pays.
Pour moi il ne fait aucun doute que cette musique est la meilleure qu'ait jamais produite Youssou N'Dour, voire l'une des toutes meilleures qu'ait produit le continent africain ces 30 dernières années.

Repost 0
Published by Audiocity - dans Afrique
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 08:51

 

 

http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/201007/22/187316-wolof-omar-pene-croit-metissage.jpgLa jeunesse dakaroise n'est pas prête d'oublier qui il fut, et celui qu'il est encore. Dans les années 70 elle l'a unanimement élevé au triomphe, trop heureuse de trouver en lui le porte voix unificateur de leurs attentes déchues. Les radios indépendantes se faisaient l'écho de son message et diffusaient sa musique alors qu'il n'était engagé par aucun contrat.  Sa carrière de footballeur avortée, il a suivi l'intuition de Baïla Diagne, qui, après avoir décelé chez le jeune homme des capacités de chanteur certaines, le prédestinait à une brillante carrière d'artiste musicien. Il l'a suivi sans faillir, orientant son jeu en opposition avec  la tradition sacrée des griots, n'hésitant pas à dénoncer les pratiques en cours d'un Etat aveugle et sourd, bien loin des réalités journalières que pouvaient vivre les citoyens. Souvent taxé de marginal parmi les conservateurs, fidèles adorateurs de moeurs et de coutumes immuables (pour faire simple, par les vieux), la modernité de son discours unifia toutes les banlieues et cristallisa en une force majeure tous les laissés pour compte de cette politique univoque contestée par la majorité. De plus, le son de son groupe emprunté au jazz ou au reggae faisait fureur dans toute cette fange de la population (bien plus prête que ses aînés à embrasser le changement), et des millions d'adolescents, hommes et femmes, souvent pauvres et sans travail, se reconnaissaient en lui.
Omar Pene était l'idole des jeunes (il l'est encore) lorsqu'il officiait parmi le Super Diamono de Dakar, groupe majeur des années 70 en "concurrence" directe avec le non moins exceptionnel "Super Etoile De Dakar" de Youssou N'Dour. Comme lui, il reste encore aujourd'hui l'un des artistes sénégalais préférés de la diaspora (même si "You" a depuis nettement viré sa cuti et perdu de son ampleur). Passé maître de la chronique sociale de son pays (vous l'aurez compris), fidèle à ses valeurs et à son "rôle" d'orateur populaire, il place les rythmes mbalax sur le devant de la majorité de ses productions.
A ce titre, les connaisseurs admettront que "Myamba" n'est pas vraiment l'album le plus représentatif de son oeuvre. Dans les rues de Dakar et d'ailleurs, il est plus fréquent d'entendre les tubes qu'il a produits au pays (vous en aurez bientôt quelques échantillons) plutôt que ces morceaux, pas assez parlant pour beaucoup de sénégalais, et manquant quelque peu d'aspérité. Epaulé par le producteur Olivier Bloch-Lainé, Omar Pene souhaitait parvenir à travailler sur ce qu'il appellera le "mbalax cool", un métissage de sonorités entre Afrique et Occident orientant l'écriture vers un rendu plus "conventionnel", et surtout plus adapté à l'exportation du projet. Bien sûr, les sabars et autres djembés sont toujours présents, mais l'esprit général change vraiment des habitudes du chanteur.
100% acoustique et très harmonieux, le dépouillé "Myamba" met l'accent sur les mélodies plus que sur les rythmiques frénétiques du mbalax traditionnel, et, disons-le, c'est mon principal "regret" sur ce disque. Quelques embardés dans la conception auraient été les bienvenues, mais qu'importe, car loin de décevoir la majorité de ses adorateurs, il permettra surtout au public international de découvrir cet artiste sans craindre de se trouver floué par la marchandise, ce qui reste non négligeable.
«On a mis du temps à préparer ce disque, car on cherchait une certaine couleur. Je suis ouvert et j’aime bien découvrir, mais on m’a toujours connu avec le Super Diamono et c’était très important de garder notre cachet. On voulait changer tout en préservant l’authenticité de notre musique. On a fait plusieurs tests, on a travaillé dans une bonne ambiance. Je n’ai pas assisté à toutes les étapes car j’avais des concerts, mais j’étais satisfait du résultat».

 

Acheter le disque

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41TL9Q3yvrL._SL500_AA300_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Afrique
commenter cet article