Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 07:50
http://blog.nj.com/ledgerupdates_impact/2009/04/large_Bruce-Springsteen-closeup.jpg

 

A part ses morceaux les plus connus dont il est impossible de ne pas avoir déjà entendu ou fredonné quelques extraits, je dois dire que je ne connais pas grand chose de l'oeuvre de Bruce Springsteen. Je n'ai d'ailleurs jamais vraiment cherché à explorer plus en détail la somme de toutes ses productions, depuis "Greetings From Asbury Park, N.J", son premier disque paru en 1973, jusqu'au dernier en date de 2009, "Working On A Dream". Il fait partie de ces chanteurs pour qui je garde une estime certaine (carrière oblige), mais dont la musique ne m'a jamais vraiment touché. C'est d'ailleurs le problème de ces "superstars" dont on croit tout connaitre sans avoir jamais eu besoin d'acheter un de leurs disques. Leurs mots et leurs sons sont passés dans l'inconscient collectif et s'inscrivent dans un patrimoine universel dont chacun d'entre nous porte une trace en mémoire. Je m'explique. Dans mon cas, et concernant Bruce Springsteen, je n'ai jamais ressenti le besoin de m'intéresser particulièrement à lui puisqu'il me semblait avoir déjà tout entendu de son répertoire (la suite vous démontrera que je me trompais). Les fans, les radios et les télévisions du monde entier diffusent ses morceaux, si bien que, qu'on le veuille ou non, et à moins de vivre une vie d'ermite, il est impossible d'avoir pu échapper aux plus célèbres d'entre eux ("Born to Run" - "Point Blank" - "Born in the U.S.A." ). Dans mon cas, il aura suffit que je ne ressente pas d'enthousiasme particulier à leur écoute pour considérer que le reste de ses productions puissent être du même acabit, et qu'il est donc nul besoin d'approfondir la question. Je reconnais que je suis assez intransigeant et que mes a priori peuvent paraitre prétentieux, mais je ne fais qu'écrire ce que je ressent s'agissant d'une "icône" comme Bruce Springsteen, et heureusement pour moi, il arrive que je me trompe et que l'histoire me donne tort.




Concernant la musique et l'attrait que je lui porte, je me forge très rapidement un avis sur la question, et il me faut souvent moins de 2 minutes pour savoir si il y a des chances pour qu'un disque me plaise ou non. C'est souvent l'affaire d'une voix, d'une atmosphère, d'un groove, d'une mélodie, ou simplement d'un ressenti momentané mêlant le corps et l'esprit, et le reste m'importe peu. Je reconnais que le procédé est assez radical et ne laisse pas la place au doute, mais comme tout le monde je fais confiance à mon instinct. Pour en revenir à Bruce Springsteen, le son rock qu'il pratique avec le E Street Band me laisse de marbre   (je suis pour ma part "Neil Youngien"), alors que certains de ses projets acoustiques un peu plus intimistes, comme avec "Devil's And Dust" de 2005, ou "The Ghost Of Tom Joad" de 1995 (dont il est question maintenant), me parlent beaucoup plus.


C'est un disque acoustique, mature, et très intimiste, qu'il compose en référence au héros du roman de Steinbeck, "Les Raisins De La Colère". L'inspiration est impunément prise des vicissitudes de la famille Joad mais est retranscrite selon la réalité de la vie quotidienne des années 90. Dans cet album, Springsteen souligne les parallèles évidents entre cette œuvre et l'époque actuelle tout en renouant avec un ton plus engagé. En vrac, il y est question de banales descentes aux enfers, de braquages ratés et de petits trafics en tous genres, de rédemption, de vies ouvrières faites d'honnêteté et de dur labeur, de désirs d'exils salvateurs vers des ailleurs sublimés et malheureusement souvent fantasmés, d'immigrés plus esclaves que travailleurs, bref, des sujets sombres et sans concession, chers à Bruce Springsteen. Les morceaux sont de somptueuses ballades musicales parées pour certains titres de quelques attributs instrumentaux subtils lorsqu'il ne s'agit pas simplement d'un solo voix/guitare de Bruce. Son jeu est simple et plonge dans l'essentiel. Un harmonica pour les chaudes envolées , quelques violons mélodieux pour les arrangements, des nappes profondes d'un clavier en retrait (les violons et les claviers me rappellent la BO du film "Le Dernier Des Mohican"), une batterie jouée aux balais, et enfin une pédale steel guitare pour la touche country. Un sans faute pour les 12 titres de l'album. Reste qu'écouter les 50 minutes d'une traite peut s'avérer être un peu long, d'autant que, vous l'aurez compris, l'ambiance générale est assez pesante. Il sera donc nécessaire pour certains de prendre son temps et de bien choisir son moment avant de se lancer à son écoute. Pour le reste, je vous garantis que vous y reviendrez bien vite. Pour finir, voici quelques mots de Springsteen tirés d'une interview pour le magazine des "Inrocks" où il revient sur son cheminement artistique et progressif.


 
« Je crois que quand j'ai débuté, j'étais très éclectique, traversé par une somme d'influences hétéroclites. Ensuite, au fur et à mesure des disques, je suis devenu de plus en plus clair et net dans mes intentions, qu'elles soient musicales ou thématiques. Comme une image floue que j'aurais mise au point progressivement. Ce que je désirais avant tout, c'était écrire des textes.  De disque en disque, ça a été un travail continuel, une lutte permanente et je crois que j'ai fini par trouver un style de songwriting qui me correspond profondément : j'écris un peu à la façon dont les gens parlent, dans un style oral. Quand les gens m'entendent lors de mes concerts, c'est comme s'ils écoutaient un type assis à côté d'eux au comptoir d'un bar en train de leur raconter une histoire - c'est par exemple le cas des chansons de Tom Joad ou alors, c'est comme s'ils entendaient des pensées à voix haute, les monologues intérieurs d'un type juste avant qu'il ne s'endorme. "Straight time", "The Line" : ces chansons sont comme des portes d'accès aux paysages mentaux de différents personnages. Et à voix basse, parfois en murmurant, ces personnages racontent leurs histoires de manière très simple, sur le mode d'une conversation ordinaire. Aujourd'hui, j'aime vraiment cette façon d'écrire, je trouve cette méthode très évocatrice. Mais j'aime aussi les styles de mes albums précédents, ils véhiculaient des émotions différentes depuis des points de vue différents. "Born to run" représente le type de musique et de texte que j'aimais quand j'avais 25 ans - la pop à la Spector, un certain romantisme échevelé, une croyance et une vitalité liées à l'adolescence -mais je ne pourrais plus faire un tel album à 48 ans passés ».


Amazon

iTunes

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51nxSKYiw3L._SL500_AA300_.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Folk
commenter cet article

commentaires

Paco 26/10/2010 11:18


Ah Bruce Springsteen!!
Je n'ai jamais vraiment écouté cet album, ni cette période d'ailleurs, je profite de ton lecteur pour combler cette lacune.
La première période de Bruce est pour moi la meilleure de "Greetings from Asbury Park, N.J." à "Nebraska", entre folk, rock et soul (ah les cuivres du E-Street Band!!).
Je te conseille aussi "We shall overcome" chroniqué ici :
http://delaluneonentendtout.blogspot.com/2009/07/bruce-springsteen-we-shall-overcome.html
Félicitation pour le choix de tes albums chroniqués!


Audiocity 29/10/2010 14:26



Merci pour ton commentaire et la pertinence de ta réponse. J'ai depuis, et sur tes conseils, écouté l'album "we shall overcome", et je dois reconnaitre que, même si la qualité du son et l'énergie
de l'ensemble ne fait aucun doute, je suis moins porté au son rock du BOSS, ce qui, comme tu l'auras compris, ne m'empêche pas de beaucoup apprécier ses productions plus intimistes.