Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 09:23
http://myrebirth.fr/files/menahan-street-band.jpg

 

Si la France des années 60 a été marquée par nos "talentueux" yéyés, ce courant musical très populaire qui s'inspira principalement du rock et du twist américains et qui compta parmi ses plus "vénérables" représentants Eddy Mitchell, France Gall, Claude François, Sheila ou Sylvie Vartan, les Etats-Unis ont vu chez eux à cette même époque l'émergence d'un autre mouvement très populaire et qui marquera tout autant les esprits et les coeurs, la Soul et le R&B des Percy Sledge, Marvin Gaye, The Supremes, Etta James ou James Brown. Vous vous demandez où je veux en venir et pourquoi associer de tels noms que tout semble opposer? Et bien c'est justement parce que tout les oppose et qu'il n'y a a priori aucun point commun entre eux que le parallèle culturel me semble judicieux à traiter ici et maintenant.

 

Je m'explique brièvement en tachant d'être le plus clair possible. Dans notre beau pays marqué du sceau de "l'exception culturelle" fièrement defendue depuis que Malraux a eu cette bonne idée d'ouvrir le palais des arts à la population, la place des artistes et des créations en tous genres a toujours été offerte à quiconque pensait avoir quelque chose à exprimer, et ce quel que soit son mode d'expression ou les outils employés pour cela. Si certains arts majeurs comme la peinture ou l'écriture paraissent avoir tenu leur promesse d'enrichissement culturel mis à la disposition du peuple, il en est de ceux mineurs pour qui la route semble avoir été plus délicate à emprunter et qui se sont nettement laissés distancer au fur et à mesure du rythme des années. En matière de musique, la séparation du corps et de l'esprit s'est clairement fait sentir en France avec l'apparition dans les années 60 de nos épouvantables yéyés et du déferlement de leurs chansons ringardes et niaises toutes plus mauvaises les unes que les autres. Cette sombre époque a définitivement pourri les couches populaires et continue encore aujourd'hui d'enfermer nos consciences dans une médiocrité sans nom, nous plongeant inconsciemment dans une agonie créatrice progressive mais dramatiquement présente (il n'y a qu'a se brancher sur radio nostalgie ou sur chante France pour comprendre que le malaise est toujours d'actualité). Bien moins créatifs que nos comparses américains, nous nous enfermions doucement dans un carcan pathétique et indigeste, ne cherchant qu'a reproduire (de bien piètre manière) ce qui semblait marcher Outre-Atlantique sans en considérer suffisamment l'histoire ou l'origine. Le monde entier a d'ailleurs été distancé par cette profusion créatrice que ce pays faisait vivre, exception faite de l'Angleterre dès les années 60 (je parle là de musique exportable). Elevés au grain d'un vide musical sans nom, nous nous efforcions de croire en nos artistes et les avons élever au rang de patriarche nationaux, au point de ne pouvoir sans dépêtrer 30 ans plus tard et de continuer de devoir porter le fardeau de leurs médiocrités.




Si je dis tout cela, c'est que depuis quelques temps maintenant nous assistons à un retour en grâce de certains artistes dont la carrière marchait fort dans les années 60 ou 70 et qui reviennent sur le devant de la scène pour quelques moment de gloire souvent éphémères, épris de la nostalgie d'un public tristement fan. C'est ici qu'intervient mon parallèle. A l'heure où Chantal Goya rearpente les planches du palais des congrès, trop heureuse de pouvoir compter sur ce public de jeunes bobos pour renflouer son compte en banque en ruine (et je ne vous parle pas de ce Belge grabataire qui continue de se prendre pour un rockeur), Sharon Jones fait son grand retour avec la formation The Dap-Kings après des années d'absence, Gil Scott-Heron réapparait plus fort que jamais. Avouez que le comparatif est dur à faire mais néanmoins juste si l'on s'en réfère aux faits. Comment a-t-on pu tomber si bas. Pourquoi avons nous accepter de laisser cette musique s'installer dans nos coeurs et dans notre culture. Notre "exception culturelle" en a pris un coup et j'imagine mal que nous puissions nous permettre de continuer à la défendre (encore moins depuis l'avênement de notre monarque nain fièrement entouré de ses plus illustres soutients politiques tels Faudel, Johnny Hallyday, Didier Barbelivien ou Mireille Mathieu). La France est un pays en friches (exception faite de quelques rares artistes courageux dont la tâche est lourde et pas facile) et l'on ne peut que regretter amèrement un tel constat. Certains jugeront ma comparaison trop excessive, pourtant je l'assume tout à fait et je continue de croire qu'elle est judicieuse si l'on pense pouvoir traiter de ce fait navrant touchant à la musique de notre pays. Cela m'aura permis d'une part de tirer un bilan très personnel de la situation nommée ci-dessus, et d'autre part d'user d'une transition bien venue pour parler de l'album qui nous intéresse à présent, ce "Make The Road By Walking" du groupe Menahan Street Band, disque sorti en 2008 qui s'inscrit lui aussi dans ce renouveau d'un genre quelque peu passer à l'as pendant plusieurs années et reprenant subitement vie pour notre plus grande joie.

 

Menahan Street Band est le fruit de la collaboration réussie entre cinq des meilleurs musiciens du label Dunham (division de Daptone Records), réunis pour l’occasion derrière le producteur et musicien Thomas Brenneck, célèbre notamment pour sa participation sur les albums de Sharon Jones & The Dap-Kings, Budos Band ou encore Amy Winehouse. Le disque prendra 3 ans à se faire et sera entièrement enregistré depuis l'appartement douillet de Thomas situé à Menahan Street, une rue du quartier de Bushwick à Brooklyn, New York. Lorsque que son emploi du temps le lui permet, il convie les amis de son label à venir chez lui participer au projet, un florilège de funk old school richement teinté d'afrobeat ou de soul selon les morceaux et totalement instrumental. Des cuivres aux sonorités éthiopiennes et une rythmique très présente, les titres s'enchainent avec bonheur et sans aucune difficulté. Une esthétique sonore et nostalgique mais néanmoins moderne dans son agencement que T.Brenneck maîtrise parfaitement pour ne pas lasser l'auditeur et le garder constamment en haleine. Seul vrai bémol, la durée qui n'excède pas 36 minutes (en tenant compte du titre 11 qui n'est pas référencé sur la jaquette mais qui figure sur le cd) et qui pourrait nous laisser sur notre faim si l'envie pressante de le rejouer n'était pas trop forte. Assurément dans la lignée des productions Daptone, si vous appréciez leur travail et que vous suivez déjà leurs artistes alors vous ne serez pas déçus. Du groove, rien que du groove. J'allais oublier cette anecdote de passage: Le titre de l'album, "Make The Road by Walking", a été inspiré par le centre social du même nom qui se trouve derrière l'appartement de Brenneck et celui-ci.


Amazon

iTunes

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/519VpPVCegL._SL500_AA300_.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Audiocity - dans Funk-Rock
commenter cet article

commentaires