Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Romain Audiocity
  • Romain Audiocity
  • : Un ptit tour sur Audiocity.overblog
  • Contact

Index

4 Hero

7 Heads R Better Than One

Absynthe Minded

The Afro-Soultet

Alexis HK    

D'Angelo

Antony And The Johnsons

Archive

Roy Ayers

The Bar-Kays

Nik Bärtsch's Ronin    

Alain Bashung

The Baker Brothers

Belmondo & Yusef Lateef

Eric Bibb

Martina Topley Bird

Black Mountain

Blockhead

Blundetto

Bon Iver - "Bon Iver" 

Bon Iver - "For Emma, Forever Ago"

Bonobo

Booster

Malcolm Braff

Breakestra

Marlon Browden

Apollo Brown

James Brown   

Kev Brown & Kaimbr

Kenny Burell

Solomon Burke

Burning Spear

Donald Byrd

DJ Cam    

S.Carey

Nicci Cheeks Presents...

Cody Chesnutt

The Cinematic Orchestra

Billy Cobham

Billy Cobham/George Duke Band

Manu Codjia Trio

Avishai Cohen

Romain Collin

Les Colocs

Alice Coltrane

John Coltrane

Common

Ry Cooder      

Neil Cowley Trio

King Creosote & Jon Hopkins

Dafuniks

Dajla & Benji Blow

Simon Dalmais

Lars Danielsson

DAS EFX

Betty Davis

Miles Davis - "E.S.P"

Miles Davis - "Filles De Kilimanjaro"

Miles Davis - "A Tribute To Jack Johnson"

Jay Dee

Demon Fuzz

Eumir Deodato

Mamadou Diabate

Toumani Diabate & Ballake Sissoko

Alela Diane

Manu Dibango

Dirty Dozen Brass Band

Doctor L & Tony Allen

Dollar Brand

Drugs

Eels

John Ellis

Daniel Erdmann & Freinds

Etoile De Dakar

Donovan Frankenreiter

Fat Freddy's Drop

Féloche

Dominique Fillon

Fink

First Aid Kit

Roberto Fonseca

Front Page

Funkadelic  

Peter Gabriel

Kenny Garrett

Get The Blessing

Robert Glasper Trio

Great Lake Swimmers

Grant Green

Grizzly Bear

Gong

Chico Hamilton

Herbie Hancock - "Secrets"

Herbie Hancock - "Takin' Off"

The RH Factor

Gene Harris & The Three Sounds

Eddie Hazel

The Heavy

Peter Herbolzheimer

Heritage Blues Orchestra

Hidden Orchestra

Dave Holland Quintet

JBBG

Ahmad Jamal     

Keith Jarrett

Jaylib

Jazz Liberatorz

Cheikh Lô

Dr John

Anthony Joseph

Rickie Lee Jones

Quincy Jones & Bill Cosby

Kammerflimmer Kollektief 

Mory Kante

Salif Keita      

The Kills

Soweto Kinch

Kool and Together

Kruder Dorfmeister

Ray LaMontagne

The Landau Orchestra

Mark Lanegan

Yusef Lateef    

Eric Legnini & The Afro Jazz Beat

Black Joe Lewis & The Honeybears

Little Dragon

Ibrahim Maalouf - "Diasporas"

Ibrahim Maalouf - "Diagnostic"

Curtis Mayfield

Stuart McCallum

Madlib

Manahan Street Band

Herbie Mann      

James Vincent McMorrow

The Meters

Miracle Fortress

Nino Moschella    

Moussu T E Lei Jovents    

The National

The Natural Yogurt Band

Ninety Miles

Noir Désir

Agnes Obel

Oddisee

Oddjob

One Self

Orchestra Baobab

Aaron Parks

Jaco Pastorius

Nicholas Payton      

Jeremy Pelt & Wired

Omar Pene

Pete Rock & CL Smooth

Gilles Peterson Worldwide

Michel Petrucciani - "Le Film"

Phosphorescent

Placebo

Robert Plant & Alison Krauss

Michel Portal

Portico Quartet

Oxmo Puccino

Ramona Falls

Ernest Ranglin

Rancho Relaxo    

Steve Reich

Rico

The Roots

Doudou N'Diaye Rose

Heikki Sarmanto Quintet

Pascal Schumacher

Scientist  

John Scofield

Christian Scott    

Jill Scott

Gil Scott-Heron

Thione Seck

DJ Shadow    

Sonny Sharrock

Shawn Lee & Clutchy Hopkins

Archie Shepp & Jasper Van't Hof

Matthew Shipp & William Parker

Wayne Shorter

Slum Village

Sly and The Family Stone

Doctor Lonnie Smith

SOEL

Soft Machine

Son Of Dave

Bruce Springsteen

C.W Stoneking

Sufjan Stevens

Stranded Horse

Esbjörn Svensson Trio - "Viaticum"

Esbjörn Svensson Trio - "Live in Hambourg"

Jesse Sykes & The Sweet Hereafter

T.R.A.C

Alex Tassel

Ebo Taylor

The Temptations

Tony Tixier

Amon Tobin

Torque

Boubacar Traoré

Tribe

Troublemakers

Erik Truffaz

McCoy Tyner

Jeremy Udden

Fredo Viola

Visioneers

Miroslav Vitous

Patrick Watson 

Grover Washington Jr    

Marcin Wasilewski Trio

Weather Report - "Weather Report"    

Weather Report - "I Sing The Body Electric"

Bugge Wesseltoft

Laurent de Wilde

Bill Withers

Neil Young      

Dhafer Youssef

Bojan Z Trio

Joe Zawinul

John Zorn - "At The Gates Of Paradise"

John Zorn - "Book Of Angels Vol 10"

Recherche

Articles Récents

  • La Voie Du Silence, un nouveau disquaire à Paris 15.
    Chers amis mélomanes qui êtes de passage sur ce blog, sachez qu'il est désormais possible de nous retrouver à Paris car nous venons d'ouvrir un magasin spécialisé dans les disques vinyles. Le shop s'appelle "LA VOIE DU SILENCE" en référence au célèbre...
  • Charlie Parr - Moonshiner "live"
    Petite vidéo d'un artiste musicien originaire du minnesota, authentique et touchant mais pourtant peu reconnu sur nos terres, allez comprendre ?
  • Boite aux lettres sans pub...
    Non merci !
  • Atomic Rooster - "Black Snake" live 1972
    Extra-time en très bonne compagnie.. Chris Farlowe reste selon moi Le chanteur d'Atomic Rooster de référence, et ce petit live sandwich de la déjà très belle compo du groupe lorqu'elle est chantée par Vincent Crane en 71 sur l'album "In Hearing Of", j'ai...
  • Tony Joe White - "Tony Joe" - 1970 Rhino
    Il n'est jamais trop tard pour continuer d'apprendre de nos aînés, de même qu'il ne sera jamais mal venu de reconnaître ses erreurs, ou plutôt ses manquements, voire son incompétence partielle en matière de connaissances fondamentales de ce que devrait...

Catégories

24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 07:57

http://www.soulbounce.com/soul/blog_images/sexy_d%27angelo-thumb-473x359.jpg

 

Une reprise classieuse et parfaitement maitrisée du titre "Use Me" interprété par D'Angelo en 1998, bien soutenu par une brochette de musiciens hors pair.

Voir la chronique de l'album Voodoo.

 

Repost 0
Published by Audiocity - dans Vidéos
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 07:56

 

http://1.bp.blogspot.com/_g42gTPfxxbA/Rqfn3KqvCEI/AAAAAAAAAfA/AS1Ibgi6kAQ/s400/d_angelo2.jpgC'était il y a 10 ans déjà, 4 ans après son premier disque "Brown Sugar" sorti en 1996 qui avait beaucoup fait parler de lui et que les observateurs ont vite considéré comme l'album clef qui donnera naissance au style néo/soul. En 2010, soit 10 ans plus tard, "Voodoo" reste le véritable point d'orgue de cette nouvelle vague. Jamais égalé, c'est un incontournable pour tous les amateurs de soul funky et de hip hop "classieux".
Rapidement considéré comme le digne successeur de Marvin Gaye, D'angelo a souvent eu du mal à assumer ce statut lourd et pesant. Incontestablement doué, musicien confirmé, il compose intégralement une grand partie des morceaux présents sur le disque mais s'entoure aussi de quelques producteurs de renoms issus pour la plupart du milieu hip hop ( Dj Premier - Method Man - Redman - ?uestlove). Un mélange d'influences qui place la barre très haut et qui en poussera beaucoup à explorer la même voie créatrice sans toutefois parvenir à un tel niveau de réussite (Bilal - Dwele - Raphael Saadiq). La basse, la batterie et la voix sont maintenant mis en avant. Les harmonies vocales choisies par Michael Eugène Archer (a.k.a D'angelo) sont très originales et pourraient remplir à elles seules un 16 pistes tant les prises sont nombreuses. Le beau gosse use également de son physique d'athlète sur la pochette et dans le clip du titre "Untitled" où il apparait nu sur un plan fixe en noir et blanc de plus de 5 minutes. La consécration ne se fera pas attendre. Les critiques sont rapidement unanimes et le classement du Billboard place "Voodoo" à la première place pour l'année 2000. En 2001 les Grammy Awards le gratifie de "meilleur album R&B de l'année" et de la "meilleure performance vocale masculine" (c'est quand même autre chose que nos poussiéreuses victoires de la musique). Tous ces prix amplement mérités finiront d'asseoir "Voodoo" comme étant le disque référent de cette nouvelle soul, plus moderne en terme de production, et en adéquation parfaite avec son temps.
J'ai tellement épuisé ce disque lors de sa sortie que j'en ai presque fait une overdose. Encore aujourd'hui il m'arrive de le faire tourner de temps en temps et je continue de prendre beaucoup de plaisir à l'écoute de morceaux comme "Playa Playa" (la basse est monstrueuse) ou "Left & Right" (feat Method et Red Man pour l'énergie rageuse). Je le connais par coeur et je ne trouve toujours rien à redire sur la qualité du travail fourni comme sur l'originalité du son funky (?uestlove est énorme du début à la fin). J'ai toutefois plus de mal avec ses interminables harmonies ("The Root") qui ne me touchent plus autant qu'a l'époque, ou avec "Untitled" (un hommage à Prince que lui-même ne renierai pas mais dont je me suis gavé jusqu'à saturation). Malgré tout, je ne lui connais aucun vrai prétendant au titre de lover suprême et je garde un profond respect pour l'homme et pour sa musique, tout en espérant un éventuel retour inespéré (suite à de nombreux déboires d'ordre psychologique et physique ses apparitions se sont faites de plus en plus rares. Concerts annulés, futur album reporté). A quand le retour du maestro??

Ecoute l'album en entier ici.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Zm7acZqeL._SL500_AA300_.jpg
Repost 0
Published by Audiocity - dans Soul
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 07:50
http://www.reprezent.ch/wp-content/uploads/2010/06/the-roots-1.jpg

 

Inutile pour moi de vous faire un dessin. Tout le monde aujourd'hui connait le phénoménal The Roots, groupe de hip hop américain basé à Philadelphie et officiant depuis plus de 15 ans dans le milieu. Depuis "Organix" en 93 (1er opus alors vendu exclusivement durant leur concert), la formation n'a pas cessé d'asseoir sa solide réputation de musiciens rappeurs hors-pairs en se basant essentiellement sur un savoir-faire rigoureux et une créativité singulière. Leur son unique est reconnaissable d'entre tous et diffère des exigences d'autres groupes de rap plus "classique" par sa richesse de samples non conventionnels et sa maturité créatrice. Loin de vouloir ressembler à.. ou sonner comme..., The Roots s'affirme désormais comme Le modèle unique d'une inspiration sans faille et distille ses productions méchantes et funky sans prêter garde au quand dira-t'on des ouailles sans inspiration du milieu ou aux sourds de naissance incapables de reconnaitre une musique de qualité poussant plus loin qu'un simple "poum-tchack" creux et sans intérêt affublé d'un texte d'adolescent sans talent (à vous de voir de qui je veux parler mais la liste est longue aux Etats-Unis, et en France, n'en parlons pas).


"Game Theory" est leur 7e essai. Il fait suite à "The Tipping Point", un disque qui en aura déçu quelques-uns (moi j'ai adoré) et qui revenait à leur premier amour, à savoir un son brut de décoffrage plutôt épuré (je parle des productions), et majoritairement axé sur une rythmique programmée façon MPC. Leur public s'étant très largement étoffé depuis "Do You Want More?!!!??!" de 1995 (un disque sans le moindre sample extérieur et composé à partir d'échantillons de leur propre musique), certains dont la culture hip hop n'est pas la leur n'auront sans doute pas tout compris à ce déferlement de compressions lourdes, travaillé dans l'unique but de faire secouer les têtes des auditeurs façon gangster du ghetto (je vous en parlerai prochainement et je réitère mon propos. Grand disque).




"Game Theory" reprend donc plus "traditionnellement" la marque de fabrique du crew et rassemblera sans problème les fans de rock comme de soul ou de funk. C'est d'ailleurs leur plus grande force et un de leur atout majeur. The Roots, avec un indéniable talent de maître hip hoppeur, parvient à cristalliser un public varié et nombreux venu d'horizons et de cultures différentes. Leur approche très musicale du hip hop réunit des ingrédients sophistiqués piochés dans tous les courants musicaux. Le groove omniprésent et le souci d'un "beat" novateur reste leur principal leitmotiv. Pour ça, "Game Theory" ne me démentira pas et s'en sort, comme d'habitude, de bien belle manière.


Je pourrais maintenant vous parler des titres, user de qualificatifs pour vous donner l'envie de l'écouter et pourquoi pas de l'acheter (si ce n'est déjà fait). Pourtant, le mieux est encore d'écouter ce dont sont capables ces gars. Je vous laisse donc 4 titres à faire tourner en boucle. Des titres parlants que j'ai choisis avec peine car ils sont tous bons. Au fait, en passant, pour l'anecdote, après avoir été gentiment convié à suivre une cure de désintox avant de réintégrer le groupe, Malik B signe ici son retour au sein de l'écurie en posant sur 3 titres de l'album ("Game Theory" - "Here I Come" - "In The Music"), premier disque signé chez Def Jam, le label de Jay Z. Je vous laisse à présent profiter de cet instant de rue. Vous m'en direz des nouvelles.


Amazon

iTunes

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51dUzjimnDL._SL500_AA300_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Hip Hop
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 08:07

http://myrebirth.fr/files/fat-freddys-drop-4.jpg

 

Véritables célébrités en Nouvelle-Zélande, les membres de Fat Freddy's Drop sont là-bas aussi connus et repectés que le sont les stars du ballon oval, le haka en moins. Ce septet reggae aux influences jazz et néo-soul tourne sur leur île depuis déjà 10 ans et se sont forgés une solide réputation d'ambianceurs de dancefloor. En Europe, c'est Gilles Peterson qui les remarque pour la première fois grâce à leur morceau "Hope" extrait de leur EP intitulé Hope For A Generation sorti en 2003. Il le diffuse durant son émission Worldwide et le succès est immédiat. Il faut dire que ce titre pour le moins étonnant (en écoute plus haut) est un subtil mélange de soul mélodieuse parsemé de guitares, de claviers, et de cuivres chauds et harmonieux 100% reggae sur lesquel se pose à merveille le chanteur à la voix douce Dallas Tamaira, allias Joe Dukie.

A la 2e minute (plus de 9 minutes en tout qui finissent par un dub des familles), une solide rythmique programmée, lourde et entrainante à souhait achève de nous satisfaire et signe par la même la marque de fabrique unique et pour le moins original de ce groupe inventif et insouciant. Les auditeurs du vieux continents savent maintenant à quoi s'attendre mais devront néanmoins patienter 2 années de plus avant que Radio Nova ne prenne le relai et que ne parraisse leur très réussi premier album officiel, celui dont il est question maintenant, "Based On A True Story".




Formé de Joe Dukie (Dallas Tamaira) : chant, Tony Chang (Toby Laing) : trompette, Jetlag Johnson (Tehimana Kerr) : guitare, Dobie Blaze (Iain Gordon) : claviers, DJ Fitchie (Chris Faiumu) : programmation MPC, Hopepa (Joe Lindsay) : trombone, Fulla Flash (Warryn Maxwell) : sax, plus de nombreux invités chanteurs (Hollie Smith sur "Hope", Deva Mahal sur "Wondering Name"), ou rappeurs (Ladi 6 et P.Digss sur "Roady"), on comprend vite l'étendu des possibilités artistiques tout comme les oportunités créatrices réalisables par les membres du FFD Crew. Ils saisissent l'occasion pour organiser un florilège de saveurs variées et digestes tout au long de l'album et n'hésiteront pas à user de toutes leurs influences pour offrir au public et aux fans un panaché d'écriture coloré et très soigné alliant la modernité de production à la beauté des mélodies. Enregistré exclusivement dans le studio de bord de mer de Dj Fitchie baptisé The Drop, le groupe dit s'y sentir coupé de la pression du monde exterieur et y passera 18 mois à concevoir les compositions de leur premier essai. Résultat,  un mix terriblement efficace sur la totalité des 11 titres que comptent l'album, soit plus de 70 minutes de plaisirs contrastés qui prouvent, s'il en était besoin, que le groupe se moque du formatage en règle établi par un marché capricieux qui ne propose que des morceaux formats radio n'éccédant pas les 4 minutes. Heureusement, les mélomanes attentifs, savent eux, se montrer compréhensifs et enthousiastes lorsqu'il s'agit d'encourager les talents créatifs, et porteront bien vite un grand respect pour cette production ovniesque.


Succès garanti et tout à fait mérité, ce disque remporte la récompense de "l'album de l'année" 2005 décerné par plus de 20 000 auditeurs de la radio britannique BBC1. Cette même année, ils dominent les New Zealand Music Awards (l'équivalent de nos victoires de la musique), recevant une récompense dans toutes les catégories pour lesquelles ils étaient nommés : meilleur groupe, meilleur album, meilleur album roots néo-zélandais, et le choix du public. Un palmares à la hauteur de ce qu'ils proposent et qui n'a pas fini de s'étoffer tant leur plaisir de jouer ensemble est perceptible.

Depuis, suite au départ Fulla Flash, FFD a du se trouver un nouveau sax mais continue de chanter partout à travers le monde et sur toutes les scènes du globe (leur plus grande force). L'accueil chaleureux du public est toujours au rendez-vous, et le sera sans doute encore pour longtemps.


Amazon

iTunes

Officiel

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51dqxgaHNCL._SL500_AA300_.jpg

Repost 0
Published by Audiocity - dans Reggae
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 07:35

http://savagemusic.files.wordpress.com/2010/02/coltrane.jpg

 

Ce live date de 1963. Vous pouvez retrouver ce morceau sur l'album intitulé "Live At Birdland" chroniqué il y a quelques jours. Afro Blue est à mes yeux l'une de ses plus belle pièce.

 

Repost 0
Published by Audiocity - dans Vidéos
commenter cet article